Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce dimanche, à une heure du matin, la chaîne AB1 diffusera en direct un des événements majeurs du catch, la 31e édition du Wrestlemania. Evénement qu'à une certaine époque on aurait pu suivre sur une chaîne de sport. Et le débat semble encore ouvert : le catch, sport ou divertissement ?

Vous vous souvenez peut-être de nuits blanches passées à regarder WWF Superstars(1985 - 2002) ou WCW Nitro (1997-2000), deux programmes de catch que proposait Canal Plus dans les années 1980 et 1990. A cette époque, le catch faisait bon ménage avec d'autres sports nocturnes comme la NBA ou la boxe et était présenté comme un sport à part entière. Outre la chaîne cryptée, Eurosport faisait aussi une place dans sa grille de programmes à une «discipline» où le scénario est écrit à l'avance, comme se souvient Célian Varini, journaliste-commentateur de l’émission TNA Impact sur Ma Chaîne Sport. «Ils ont diffusé du catch en 1993-94, puis autour de 2005».

Mais les choses ne sont plus les mêmes pour le catch aujourd'hui, il est sorti depuis longtemps de la case « sport de combat » pour intégrer celle de « divertissement ». En France la discipline fut même rattachée au ministère de la Culture en 1973 avec un statut d’intermittent du spectacle pour ses pratiquants. Et c’est aujourd’hui la chaîne familiale AB1, et non pas une chaîne de sport, qui propose ce dimanche, à une heure du matin, en direct de Santa Clara, la 31e édition du Wrestlemania.

« C’est le Super Bowl du catch , explique Gregg Bywalski directeur marketing et business développement d’AB1. 5 millions d’américains payent 50 dollars en télé à la demande pour le suivre. Mais c’est un divertissement, assumons-le. D’ailleurs, aux Etats-Unis, on ne parle pas de sportifs mais de talents et la WWF (World Wrestling Federation), qui se revendiquait avant comme un sport, avec un F pour fédération, est devenue la WWE avec un E pour entertainment, le divertissement.»

"Un sport au service du spectacle"
Même l’institut Fast Sport, qui comptabilise depuis sept ans le nombre d’heures de diffusion télé des disciplines sportives, ne le retient plus dans son listing alors qu’il le faisait encore en 2012.
Le catch sport ou divertissement ? Le débat n’existerait plus que dans les médias même si les pratiquants aimeraient qu'on adopte une vision moins manichéenne de leur passion. «C’est du sport au service d’un spectacle, explique Fabio Costantino, entraîneur à l’Association Professionnelle du Catch de Nanterre. Pour tenir vingt minutes sur un ring, Il faut être sportif, posséder des notions de boxe, de judo, de jujitsu, apprendre à chuter, faire de la musculation. Il faut minimum trois ans pour devenir un bon catcheur. Chez nous nous, les catcheurs s’entrainent quatre fois par semaine.»

"Une série télé jouée par des athlètes de haut niveau!"
Même insistance chez Célian Varini, qui commente sur la seule chaîne de sport, MCS, diffusant aujourd’hui du catch.  «Quand on voit par exemple ce que réalise sportivement sur le ring un catcheur comme Kurt Angle, champion olympique de lutte en 1996, c’est exceptionnel. Aux Etats-Unis de nombreux sportifs du baseball, du foot US ou de l’haltérophilie sont passés par le catch. Là-bas, ils ont du respect pour cette discipline. Et quand un match est bien fait, on oublie très vite que tout est arrangé, on se prend au jeu. Le catch, c’est une série télé sous testostérone, jouée par des athlètes de très haut niveau, des professionnels. C’est bien plus noble que ce que l’on en dit chez nous. Plus personne aujourd’hui dans le catch ne tente de convaincre que c’est du sport, à part les anciens.»

Marc Mercier, champion du monde de catch de 1985 à 1989 et président de la fédération française de catch professionnel, fait partie de ces irréductibles. «Bien sûr que le catch c’est un spectacle, ça l’était déjà à sa création au XVIIIe siècle comme sport de force pour spectacles de fête foraine. Mais ce que propose la télé, c’est révoltant, on nous montre des clowns! Moi, je m’entrainais 7 heures par jour pour être champion. Aujourd’hui, les grosses machines américaines ont monté des produits télé pour faire du fric avec des mecs qui n’ont pas tous le niveau. Et ce dont elles ne parlent pas, ce sont des accidents, des mecs pas entraînés qui finissent en chaise roulante ou meurent sur le ring comme Pedro Ramirez, catcheur mexicain mort en direct, à la télé, il y a trois jours. Pour faire 200 chutes en vingt minutes, prendre des coups de pieds dans la gueule, il faut être entraîné. Or personne dans les médias ne fait de prévention sur le sujet.»

Les diffuseurs préfèrent mettre l'accent sur le côté spectaculaire comme aux Etats-Unis,  où les combats de catch rassemblent une audience importante.

(source lequipe.fr)

Tag(s) : #france, #wrestlemania 31, #l'équipe, #AB1

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :